Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

A l’heure des bilans, les écologistes vont aussi chercher des militants

Pascal Durand est secrétaire national d'Europe écologie - Les verts / Photo Kevin Figuier

Dans le cadre de sa tournée des sections locales, Pascal Durand, secrétaire national d’EE-LV s’est arrêté à Toulouse samedi 8 décembre. Il a, dans un premier temps, recueilli les points de vue et doléances des responsables locaux, puis est allé à la rencontre des militants midi-pyrénéens.

Etre plus visible

Au programme, le bilan des campagnes électorales et les prochaines échéances, mais aussi la place des écologistes au gouvernement. Autre point important et non dissimulé de la visite, le recrutement de nouveaux adhérents au parti EE-LV. « Il s’agit de voir comment on s’organise dans la région, comment on organise l’existence de l’écologie. Et politiquement savoir comment on forme les militants, comment on les recrute », explique Pascal Durand.

A Toulouse, l’un des porte-parole du groupe local, Xavier Bigot complète: « Quel parti n’essaie pas d’attirer du monde ? Nous souhaitons mettre en place des actions plus visibles localement. Les gens pensent nous trouver que sur le nucléaire, alors que nous avons des positions sur la santé ou encore le droit de vote des étrangers. Au niveau local, nous pouvons envisager de nous mobiliser sur la LGV et le grand projet Matabiau, ce bien que nous ayons peu d’information, les problèmes de transports notamment au niveau du TER ou encore sur le parc des expos, bien que je le crains, nous puissions difficilement empêcher ce dernier ».

Quant à des listes indépendantes aux prochaines municipales, le bureau national « laissera décider de la politique à mettre en œuvre à l’échelon local » et reconnaît que « 10 000 adhérents au national ne nous permettent pas de nous présenter partout. La priorité est que nos militants se sentent à l’aise avec la question des municipales mais aussi des européennes ». A Toulouse, ils sont 160 adhérents-coopérateurs. Pendant les élections présidentielles, EE-LV a perdu quelques adhérents à cause des querelles nationales.

A Toulouse, la stratégie des municipales est en discussion en interne en ce moment même. A savoir faut-il une liste indépendante de la majorité PS actuelle. « On peut fortement imaginer que l’on penche pour l’autonomie au premier tour des municipales », confie Xavier Bigot.

 

« La priorité est que nos militants se sentent à l’aise avec la question des municipales mais aussi des européennes. »

 

Les élections au niveau local et européen sont essentielles dans l’histoire du parti EE-LV. « Nous ne sommes plus légitimes à ces niveaux, reconnaît Pascal Durand, nous sommes plus néophytes au niveau national. D’autant que nous sortons de séquences électorales qui ne sont pas bonnes pour nous, notre image est en repli. »

 

Eviter le suivisme

« Malheureusement, les gens ont l’impression que nos actions se résument à ce que peuvent dire au national Duflot, Cohn-Bendit ou Placé. Localement, on peut souffrir de cela, analyse Xavier Bigot, notre position dans la majorité au gouvernement aussi. Mais il faut bien comprendre que nous ne sommes pas des béni-oui-oui et que nous savons nous opposer au PS, y compris à la mairie ou à la région. » Le porte-parole toulousain a aussi une explication: « parfois, l’on communique mal, en particulier sur nos dissidences, nos prises de position divergente. D’autres partis de gauche communiquent mieux sur leur rupture avec le PS. On doit mieux montrer que l’on a des positions claires et que nous ne sommes pas dans le suivisme à outrance».

Prochain gros rendez-vous du parti à Toulouse, le 16 janvier avec la réunion plénière de rentrée.

 

Mots-clés : écologie, EE-LV, Europe Ecologie

0 RÉACTION

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs