Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

À la une

[Dans le rétro] « Affaire Merah » : du « tueur au scooter » à « l’apprenti djihadiste »

Une du journal Libération de samedi 24 et dimanche 25 mars 2012 / Photo CC

Jusqu’au 20 août Carré d’Info lève le pied. L’occasion de jeter un coup d’œil dans le rétro de cette première moitié d’année et de revenir sur des sujets marquants qui seront à suivre à la rentrée. Premier volet aujourd’hui : l’affaire Merah.

 

Du fait divers au terrorisme

Le 11 mars 2012, Imad Ibn Ziaten est abattu devant un gymnase dans le quartier de la Cité de l’Hers à Toulouse. Militaire au 1er Régiment du train parachutiste de Francazal, sa mort apparaît alors énigmatique et ne suscite que peu d’intérêt médiatique. Quatre jours plus tard, deux autres militaires sont abattus à proximité de leur caserne de Montauban alors qu’ils retiraient de l’argent, un troisième est grièvement blessé. Ce double meurtre intrigue davantage mais la nature des victimes nourrit dans un premier l’hypothèse d’un règlement de comptes. Une vieille affaire resurgit et les regards se portent vers des anciens militaires de la base réputés proche de l’extrême-droite avant de s’éteindre rapidement.

 

Le lundi 19 mars, les meurtres de quatre personnes dans l’école de confession juive Ozar Hatorah à Toulouse font basculer la série de meurtres en un acte raciste et potentiellement terroriste. Ils suscitent cette fois un émoi important et une couverture médiatique internationale. Le mercredi matin l’interpellation de Mohamed Merah, identifié et localisé depuis la veille, laisse place à un siège de 32 heures de son appartement. Il est abattu le jeudi 22 mars vers 11h30, la fusillade finale suivie en direct sur les télévisions et les radios.

 

Profil atypique, déferlement médiatique

Le parcours atypique du jeune toulousain se dessine au fil des jours sous les yeux d’un pays qui découvre que le « tueur au scooter » est aussi un « fils de son temps », de ses quartiers réputés difficiles et de son histoire sociale. Le moindre élément biographique de celui qui a grandi dans le quartier des Izards est traqué par des médias qui n’hésitent pas pour certains à les acheter.

 

Zones d’ombres

Rapidement sont pointées des zones d’ombres dans ce qui devient une affaire. Les techniques d’intervention du RAID sont largement discutées et les responsables techniques et politiques priés de s’expliquer. Mais aussi et surtout les liens entre Mohamed Merah et les services de renseignements sont mis en évidence. Son parcours au Moyen-Orient ainsi qu’au Pakistan et son interrogatoire par la DCRI à Toulouse sont rapidement révélés.

On s’interroge dans un premier temps sur les manquements dans la surveillance de cet « apprenti djihadiste ». Au fil du temps et au vu des derniers éléments connus dans l’affaire à ce jour, avec notamment la transmission de documents pour la levée du secret défense, la possibilité que Mohamed Merah ait été une source des services de renseignements demeure.

 

Travail journalistique décrié

Beaucoup discuté à chaud, le travail journalistique a posé question. La profusion de « live » durant l’assaut dans des conditions de travail difficiles a conduit immanquablement à des erreurs. La révélation et la diffusion des conversations entre Mohamed Merah et les négociateurs du RAID et de la DCRI part TF1 puis par différents journaux ont fait naître une polémique : fallait-il les diffuser ?

 

 

>> Pour voir ou plus sûrement revoir le fil des évènements, les voici regroupés de façon chronologique sur une timeline agrémentée de liens et de vidéos.

Utilisation :

  • à l’aide du curseur à gauche vous pouvez faire varier la visualisation de la frise, pour avoir une vue d’ensemble ou au contraire détailler l’enchaînement des évènements au jour le jour.
  • En cliquant sur chaque entrée vous obtiendrez un résumé plus détaillé de l’événement agrémenté de lien, photo ou vidéo.
  • Tous les évènements ne sont pas visibles, en cliquant sur les boutons « + » vous pourrez les visualiser.
  • Vous pouvez changer de mode de visualisation et opter pour les modes List ou Flipbook qui offrent une visualisation non pas en frise chronologique mais sous forme de pages de livres et le liste. Pour basculer vers ces modes, cliquez sur les boutons « List » ou « Flipbook » en haut à gauche de la timeline

 

 

Mots-clés : dans le rétro

0 RÉACTION

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs