Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

Jean-Louis Borloo : « Toulouse est une priorité absolue »

Jean-Louis Borloo, président de l'UDI en conférence de presse à Toulouse - Photo Carré d'Info, Kevin Figuier

En visite à Toulouse ce jeudi 17 janvier, Jean-Louis Borloo a assuré que la ville était une « priorité » dans le plan de bataille de l’UDI pour les municipales de 2014. Une campagne qui sera menée localement par Christine de Veyrac.

 

Une ambition démesurée… pour la ville

Ce sera donc Christine De Veyrac. L’eurodéputée toulousaine a été intronisée hier chef de file de l’UDI à Toulouse. Première prise de guerre du nouveau parti centriste au lendemain de son départ de l’UMP en novembre dernier, Christine de Veyrac a dit avoir « une ambition démesurée pour ma ville. » Cet adoubement évince par la même occasion Jean-Réné Bouscatel, conseiller municipal d’opposition, un temps pressenti pour mener la bataille du Capitole.

 

« La région est profondément modérée, centriste », Jean Iglesis coordinateur de l’UDI en Haute-Garonne. 

 

Et pourtant, lors de son transfert, la députée européenne assurait ne pas penser aux prochaines municipales. En effet hier, c’est bien de la course au Capitole dont il a été question. Car sur les tablettes de l’UDI, la ville rose arrive en haut de la liste de la dizaine de villes convoitées au printemps 2014 :  « Toulouse est une priorité absolue », a ainsi déclaré Jean-Louis Borloo, confirmant ainsi la pierre jetée dans un espace politique que n’arrive pas à privatiser l’opposant UMP Jean-Luc Moudenc.

 

Objectif tête de liste

Car si le président de l’UDI a assuré ne pas mener un parti de « matamores » et souhaitait avancer « dans le respect des partenaires », la cohabitation pacifique entre le centre et la droite a fait long feu à Toulouse depuis la défaite des municipales 2008. Divisés au conseil municipal, centristes et membres de l’UMP ont maintenant quelques mois pour trouver un terrain d’entente et aboutir à une liste commune dont l’UDI se verrait bien prendre la tête : « La région est profondément modérée, centriste », justifie Jean Iglesis coordinateur de l’UDI en Haute-Garonne.

 

Le retour de la guerre De Veyrac – Moudenc?

Un accord qui s’annonce périlleux car c’est aussi cette ligne que tente également d’incarner Jean-Luc Moudenc, sur fond de dispute de l’héritage des années Baudis. Et pourtant, à en croire Jean-Louis Borloo « les choses sont simples avec Jean-Luc, on se connaît bien. On mange et on boit le café ensemble. » Une convivialité qui ne va cependant pas encore jusqu’au projet commun ou même à un processus de désignation.

 

« Les choses sont simples avec Jean-Luc, on se connaît bien. On mange et on boit le café ensemble »

 

Jean-Luc Moudenc avait en effet proposé une primaire ouverte en vue des municipales, une proposition restée lettre morte. Cette proximité entre députés apparaît également difficilement transposable avec Christine de Veyrac, ancienne rivale au sein de l’UMP 31 et dont l’opposition avec Jean-Luc Moudenc avait profondément divisé la formation politique.

4 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Bingo! Quand on fait monter en ligne une femme, c'est qu'on est certain qu'elle ne sera pas élue. Et avec les mêmes boules, on fait tomber JRB, le Kennedy du Stade. Ah ce style faux-cul éternel si bien porté au centre!

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

JRB, le Kennedy du Stade. Je l'aime bien le Stade Toulousain, cela veut-il dire que son président a l'étoffe d'un maire ? Moi, je n'en sais rien, je crois seulement que Toulouse reviendra à droite après l'union UMP - UDI. Alors JL Moudenc ou JRB.

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs