Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

Jean-Luc Mélenchon à Sanofi à Toulouse contre « les patrons criquets »

Jean-Luc Mélenchon a pris la parole sur le rond-point Maurice Dide et fustigé les "patrons criquets" de Sanofi / Photo Carré d'Info

Le leader du Front de Gauche était aux côtés des salariés du site de Sanofi de Toulouse jeudi 27 septembre. Dans la semaine, la direction avait annoncé un plan de 900 suppressions de postes sur trois ans sans préciser l’avenir du site de recherche toulousain. Il a fustigé un exemple de « financiarisation » et de « cupidité ».

 

« Les symboles ça compte »

« C’est bien qu’une personnalité politique nationale comme lui vienne nous voir, le mouvement deviendra peut-être encore plus symbolique comme les Molex. Et les symboles ça compte quand même ». Parmi les blouses blanches du site de Sanofi Toulouse qui ont débrayé pour le treizième jeudi consécutif, la présence de Jean-Luc Mélenchon était plutôt bien accueillie. Ses mots en fin de manifestation le seront aussi et quelques voix dans le cortège espéraient simplement qu’il ne s’agissait pas d’une « récupération politique ».

 

Les patrons de Sanofi « se comportent comme des patrons criquets » et « n’ont aucune espèce d’intérêt social »

 

Jean-Luc Mélenchon a répondu à l’invitation de l’intersyndicale qu’il a rencontrée durant une heure environ en fin de matinée à l’écart de l’entreprise. « Je ne serais pas venu sinon », précisera-t-il plus tard. Le plan de restructuration annoncé par la direction de Sanofi en juillet dernier et partiellement précisé cette semaine, est selon le député européen du Sud-Ouest la conséquence « d’une vision très étroitement financière ». Un plan que « rien ne justifie si ce n’est la cupidité pour augmenter la part des actionnaires ». Selon lui, Elias Zerhouni et Christopher Viehbacher (respectivement directeur e la Recherche et Développement et directeur général de Sanofi , ndr) « se comportent comme des patrons criquets » et « n’ont aucune espèce d’intérêt social ».

Jean-Luc Mélenchon est venu à l'invitation de l'intersyndicale jeudi 27 septembre et a fustigé les "patrons criquets" de Sanofi / Photo Carré d'Info

 

Pour sauver un site comme celui de Sanofi, il faut selon lui « couper le cordon avec la tumeur qu’est la financiarisation de l’économie » en « faisant une loi contre les licenciements boursiers » et en donnant des « droits nouveaux aux salariés comme un droit de veto pour les comités d’entreprises concernant les choix stratégiques de l’entreprise ».

 

« C’est la première fois qu’on coordonne une action commune »

 

Un arbre pour symboliser l’enracinement

Du côté des salariés, qui manifesteront le 3 octobre prochain à Paris devant le siège du groupe, « on a toujours un espoir ». « Toutes les activités du groupe, la production, les vaccins, se mettent à regarder ce qu’il se passe dans la recherche. C’est la première fois qu’on coordonne une action commune. Tout le monde est d’accord pour dire qu’on refuse ce plan », expliquait une chercheuse. Une fermeture complète du site de Toulouse qui ne serait plus à l’ordre du jour, du moins « plus un préalable » à une discussion, selon Christophe Borgel, député PS de Haute-Garonne. « C’est pourquoi nous acceptons une table ronde avec les élus et les collectivités. »

 

Les salariés ont planté un arbre sur le rond-point Maurice-Dide à proximité de leur entreprise / Photo Carré d'Info

 

En début d’après-midi, les salariés ont planté un arbre en haut de la butte du rond-point Maurice-Dide sur la route d’Espagne pour symboliser l’enracinement de la recherche de Sanofi à Toulouse.

 

Mots-clés : sanofi

1 RÉACTION

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs