Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

Ours : l’avenir de l’espèce dans les Pyrénées passe par la commission européenne

L'ours Balou, l'un des mâles du massif central - Photo CC Régions Démocrates 2010

La commission européenne vient d’adresser une mise en demeure à la France pour avoir mis en pause les plans de réintroduction d’ours dans les Pyrénées. Le point sur la situation de l’espèce du Béarn à l’Aude.

 

Deux zones à ours dans les Pyrénées

La France va-t-elle perdre son triple A dans le domaine de la biodiversité ? Si cette dernière thématique ne semble pas être la priorité des agences de notation, la commission européenne a adressé début décembre une mise en demeure à l’Etat français pour qu’il précise ses intentions notamment au sujet de la présence de l’ours dans les Pyrénées. Car malgré des réintroductions en 1996 et en 2006, la population d’ours dans les Pyrénées est encore fragile. Elle se répartit d’ailleurs sur deux zones :

  • Une vingtaine d’individus dans la partie centrale de la chaîne, à cheval sur l’Ariège et la Haute-Garonne,
  • Deux mâles, dans la partie occidentale avec notamment le Béarn.

 

La carte des zones de presence d'ours en 2011 dans les Pyrénées - Source Pays de l'ours-Adet

.

Source : Pays de l’ours – Adet 

 

Politique et biodiversité : un difficile ménage

« Concernant la partie centrale, c’est une réussite biologique », explique Alain Reynes, le directeur de l’association du pays de l’ours-Adet qui a pour but la promotion de l’ours comme symbole de la qualité du patrimoine Pyrénéen. « Mais concernant la partie occidentale, c’est plus problématique et c’est certainement ce que pointe la commission européenne. »

 

« Pour être exemplaire il faudrait réintroduire entre 15 et 20 ours répartis sur les deux zones »

 

Un plan de restauration a bien été déployé de 2005 à 2009 mais aucun n’a pris le relais alors que des projets de réintroduction étaient « forts avancés » explique Alain Reynes. « Tout a été arrêté suite au lobby d’une partie du monde agricole et de la chasse. Nicolas Sarkozy a ainsi tout suspendu pour ménager un électorat traditionnellement à droite. »

 

 

Le gouvernement socialiste a quant à lui affiché d’ambitieux objectifs lors de la conférence gouvernementale sur la biodiversité et l’environnement. « Des engagements doivent être pris pour être exemplaire au niveau international », rappelle le défenseur de l’ours. « Je dis : chiche ! » Car pour être « exemplaire »il faudrait réintroduire entre 15 et 20 ours repartis sur les deux zones.

 

Tous les ans, les défenseurs de l’ours recueillent entre 20 et 30 témoignages.

 

« Cela ferait 25 ours lâchés au total. Ce n’est pas ce qu’on appelle un envahissement. » Ce chiffre se base sur des modèles démographiques et permettrait à la population de se maintenir d’ici à 50 ans. Les soutiens à l’ours attendent donc les prochains engagements concrets de l’Etat qui doivent intervenir d’ici à début février. Dans le cas contraire, la commission européenne passera à une seconde étape consistant à envoyer un avis motivé pouvant conduire plus tard à une condamnation en cour de justice européenne.

 

Le retour des slovènes ?

La situation n’en est cependant pas là et il y a fort à parier que des ours slovènes feront prochainement le voyage vers les Pyrénées. Partageant exactement le même patrimoine génétique que la souche pyrénéenne, ces « ours bruns » sont extrêmement communs dans ce pays du piémont alpin. « Il peut y en avoir 200 dans un rayon de 20 km autour d’une ville » précise Alain Reynes.

 

La Slovénie est un pays grand comme Midi-Pyrénées qui compte entre 500 et 700 ours concentrés dans le quart sud du pays.

 

« Il faut d’ailleurs rappeler que souche pyrénéenne ne veut rien dire. Il y a un siècle, on trouvait des ours de la Bretagne au Pas de Calais. » De là à en voir dans quelques années au cours d’une randonnée, il y a néanmoins du chemin.  « C’est comme au loto : vous pouvez en voir deux en venant une fois, et les chercher des années sans en apercevoir. » Une chasse au trésor qui a de quoi attirer le touriste, mais qui ne ravira certainement pas les anti-ours, qui ne manqueront pas de réagir comme ils l’ont fait avec force ces dernières années.

 

Photo Une : Certains droits réservés par Régions Démocrates 2010

Mots-clés : ours

10 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

L'ours, l'ours, l'ours ! Pendant ce temps là les autres peuvent crever la gueule ouverte : bouquetin, gypaète, tétras, desman, etc. Faudrait expliquer à certains illuminés que la biodiversité ce n'est pas une seule espèce, mais un ensemble d'espèces.

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Brooke - Kristy, these are all darn dreamy and wofrudnel! I always think when you post pics of your kiddos I\'d give anything to see her scrapbooks/photo albums. I know they are filled with such gorgeous images. =)

Wow! Talk about a posting knocking my socks off!

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs