Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

Pierre Cohen, Sanofi et les « patrons voyous »

Pierre Cohen s'est montré très sévère avec la direction de Sanofi - Photo Carré d'info

A son tour, Pierre Cohen, maire de Toulouse, tenait hier sa conférence de presse de rentrée. L’occasion pour le leader de l’équipe municipale de rendre une copie encore en cours de composition. Le message se voulait clair : la majorité socialiste est au travail. Emploi, logement sociaux, Pierre Cohen a détaillé les avancées du programme de 2008 et a également réagi aux sujets d’actualité tels que Sanofi pour laquelle l’élu n’a pas hésité à utiliser le terme de « patron voyou. »

 

Loi Sanofi?

Faire le point. C’est à cet exercice que Pierre Cohen avait convié hier les journalistes toulousains. L’emploi d’abord avec l’annonce de la prochaine création de l’agence de développement économique de Toulouse Métropole. « En complément » et non en concurrence avec l’agence régionale Midi-Pyrénées Expansion, la nouvelle entité aura pour objet de séduire des entreprises extérieures pour les amener à s’installer sur le territoire.

 « On s’achemine vers des annonces qui ne laissent pas présager à l’optimisme »

Une initiative forcément mise en perspective avec le départ annoncé de Sanofi et les licenciements qui vont avec. « On s’achemine vers des annonces qui ne laissent pas présager à l’optimisme » a reconnu le maire de Toulouse avant de s’en prendre durement à la direction. « Sanofi a une responsabilité : elle a été irriguée par l’argent public, a fait 6 milliards de bénéfice l’année dernière et bénéficie d’un environnement propice. C’est une énormité de dire le contraire et une insulte aux salariés. Le tout me fait dire qu’ils se comportent comme des patrons voyous. » A tel point que Pierre Cohen remet sur le tapis une loi serpent de mer à gauche. « Je ne serais jamais de ceux qui interdisent les licenciements. Par contre, je serai pour une loi contre les licenciements abusifs autrement appelés boursiers. On pourrait même la nommer loi Sanofi. »

Plus tard dans la matinée, le maire a rencontré les salariés de Sanofi pour leur témoigner de son soutien et rencontrera Arnaud Montebourg samedi. Le président de Toulouse Métropole a enfin tenu à préciser que le départ probable de l’entreprise pharmaceutique ne menaçait en rien l’avenir de l’Oncopole.

 

Logement social : des couac mais objectif 25%

Le logement ensuite et particulièrement le social, pour lequel le maire a maintenu l’objectif de 25% voulu par le gouvernement. « Ce sera très lourd et très difficile mais nous y parviendrons. » Censés faciliter la réalisation de cet objectif, les terrains listés par le ministère pour cession aux collectivités ont cependant tout du couac. Pour certains déjà vendus ou dédiés à autre chose, la composition de la liste s’est apparemment opérée sans concertation avec les régionaux de l’étape. « Ce n’est pas forcément cohérent avec nos projets » a concédé Pierre Cohen. Parmi eux, la prison St-Michel pour laquelle les engagements sont tout autres : « préserver le lieu de mémoire, préserver le patrimoine et en faire un lieu de culture de la connaissance. » Derrière les murs pas de logements donc.

« Quelque soit l’endroit, on ne peut pas laisser des bidonvilles, car c’est leurs noms, s’installer »

Mais il y en aura bien au CEAT du quartier Matabiau ainsi que probablement à la Grave. Toujours dans ce registre, la question des roms à Toulouse a également été évoquée. Pierre Cohen a reconnu « une précipitation du ministère » mais a déclaré « être d’accord avec le préfet » dans le cas d’une décision d’expulsion. « Quelque soit l’endroit, on ne peut pas laisser des bidonvilles, car c’est leurs noms, s’installer » a-t-il justifié.

 

« Je ne réponds pas à Jean-Luc Moudenc »

Mais derrière les bilans, la politique et ses polémiques ne sont jamais bien loin. Interpellé pour répondre à Jean-Luc Moudenc qui accuse la mairie de n’avoir pas bien assuré le recensement avec comme conséquence la perte de 5 millions d’euros pour la mairie,  Pierre Cohen a dans un premier temps choisi le registre hautain : « Je ne réponds pas à Jean-Luc Moudenc. »

« Nous avons été efficaces mais il est vrai que le résultat de l’INSEE est surprenant. »

Mais les lointaines municipales étant quand même en vue, le maire n’a pas pris le risque de laisser gonfler la rumeur sans un contre-argumentaire : « Nous avons été efficaces mais il est vrai que le résultat de l’INSEE est surprenant. Nous allons en parler avec eux. Mais il n’y a pas lieu de s’alarmer car les nombres de logement et de classes par exemple continuent d’augmenter. Le chiffre de 5 millions est quant à lui complètement fantaisiste. » Une manière de ne pas se laisser enfermer dans les débats que lui tend son principal opposant, Jean-Luc Moudenc, et de tenter de conserver une certaine hauteur de vue que peut lui apporter sa position de maire et de président d’agglomération. Car oui les municipales sont déjà dans les esprits, et la stratégie de Pierre Cohen se dessine sur une feuille encore à compléter : son bilan.

Mots-clés : moudenc, Pierre Cohen

3 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs