Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

« Plan Fitness » : gueule de bois à La Dépêche du Midi

Un "Plan Fitness" vient d'être décidé à La Dépêche du Midi - Photo CC

L’hémorragie continue dans la presse. Après Sud-Ouest ou encore Sipa, à Toulouse, la direction de la Dépêche du Midi vient de présenter un nouveau plan de réduction des coûts sobrement intitulé « Plan Fitness ». Un plan social sera annoncé courant janvier.

 (Mis à jour le 4/01/2012 à 17h03)

 

Pas de guichet départ mais un vrai plan social

Après le «Grenelle» et le «plan Lumière», l’inspiration semble avoir quitté les instances dirigeantes de la Dépêche du Midi. Un nouveau plan de réduction des dépenses sera bientôt à l’oeuvre au sein du groupe du quotidien régional et son titre laisse songeur. Le « Plan Fitness », c’est son nom, a donc été présenté en CE en décembre dernier. « Cynique et provoquant » résume-t-on  à l’antenne locale du Syndicat national des journalistes (SNJ).

 

Sur les cinq dernières années, le groupe La Dépêche a déjà supprimé 230 emplois sur le millier qu’elle comptait. La rédaction a quant à elle perdu 50 emplois sur 230.

 

Dans un contexte de contraction des ventes, et d’effondrement des recettes publicitaires, Bernard Maffre, le directeur général aurait ainsi parlé de « séisme » et « voulu tirer la sonnette d’alarme » lors d’une réunion avec les représentants du personnel. Selon l’association des journalistes de Toulouse et Midi Pyrénées (AJT), le groupe aurait vu son chiffre d’affaire reculer de 4,9 millions d’euros et sa marge brute de 3,2 millions d’euros. Le diagnostic de surpoids concernerait principalement une masse salariale trop riche et des secteurs d’activités qualifiés de « centres de perte. » Selon le SNJ ces derniers pourraient concerner les pôles des hebdos tels que Toulouse Mag, In Toulouse ainsi que les hebdomadaires locaux le Villefranchois, la Semaine du Lot ou encore la Gazette du Comminges.

 

 « Cela consiste à ne pas remplacer les départs à la retraite et s’éviter ainsi un plan de licenciement. »

 

La direction souhaitait faire passer la cure d’amaigrissement de la masse salariale par un plan de départs volontaires via un « guichet départ ». Mais ce type « d’accompagnement » avait échaudé les syndicats lors du précedent « Grenelle». Ces derniers ont donc refusé le déploiement de ce dispositif qui passera bel et bien par un plan social dont les détails seront connus courant janvier. L‘OJIM parle de 100 à 150 personnes concernées, un chiffre nuancé par les syndicats qui, s’ils n’ont pas d’évaluation précises, pensent à un nombre moins élevé.

Concernant la rédaction et les postes de journalistes, le SNJ indique que le régime pourrait concerner environ 25 salariés dans les trois prochaines années. « Cela consiste à ne pas remplacer les départs à la retraite et s’éviter ainsi un plan de licenciement. » Les deux derniers axes du « Plan Fitness » concernent d’une part une réduction des frais fixes dans des services opérationnels et d’autres part, une plus grande exigence sur les nouvelles activités du groupe.

 

Un tableau pas si noir?

Les détails de ce plan sont donc encore à venir mais les syndicats dénoncent une présentation catastrophiste qui servirait à justifier le régime sec : « Nous considérons que l’entreprise n’est pas dans un état tel que ce plan se justifie. A priori, on ne s’achemine pas cette année vers le déficit mais bien vers l’équilibre. C’est la stratégie de la peur déjà vécue lors du Grenelle de la Dépêche: le but c’est de noircir le tableau pour nous faire avaler des reculs sociaux.» En plus des mesures évoquées plus haut, les syndicats craignent également des dispositions sur de la modération salariale comme lors du « Grenelle ».

 Les syndicats préfèrent pointer les choix stratégiques du groupe La Dépêche incarnés par de nouvelles activités

 

Car plutôt que de pointer l’obésité de la masse salariale, les syndicats préfèrent relever les choix stratégiques du groupe La Dépêche, incarnés par de nouvelles activités comme l’agence de communication Ovalie Com à destination des clubs professionnels de rugby ainsi que les brasseries Midol au départ associées avec le J’Go qui a depuis connu de sévères difficultés financières.

Photo : Certains droits réservés par CoachClub

Mots-clés : dépeche du midi, licenciement

5 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Non remplacement d'un salarié sur 2, restriction tous azimuts...etc. Cela me rappelle Sarkozy....Celui-ci détenait-il "la Vérité"? Nous allons finir par le croire!!

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Je crains que vous n'ayiez oublié, vous-même ou plutôt vos informateurs internes Dépêche -ce qui me semble plus plausible- la première charette mortifère de l'automne 2000. Pleine de femmes dites "agées"...ce qui expliquepartiellement l'amnésie des "syndicalistes" maison...
Longtemps au CE j'ai fini par en être débarquée pour une autre instance où je n'avais plus de protection; et permettre celicenciement ultra sec grâce ... Lire la suite

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

La Dépêche du Midi a reçu (moins que d'autres, mais pas mal non plus) des subventions de l'état (par le biais des contribuables) pour 2011 (voir infos sur l'Internet). Je ne parlerai pas ici du « plan fitness » de la DDM, mais de babioles les concernant et qui me restent sur l’estomac ! Quand je suis entrée comme correspondante de presse dans ce journal ("rapporteuse" multicommunes et corvéable durant 12 ans -soit consentante, flattée... Lire la suite

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs