Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

Quatre députés PS de Haute-Garonne s’opposent à l’amendement sur la procréation médicalement assistée

Monique Iborra, députée PS de Haute-Garonne (debout au centre) / Photo DR

Des 27 députés PS contre l’amendement à faveur de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples homosexuels, quatre sont de Haute-Garonne.

Dans un courrier adressé au président de groupe PS à l’Assemblée et que s’est procuré Le Monde, 27 députés socialistes s’opposent à l’amendement en faveur de la procréation médicalement assistée (PMA) figurant dans le projet de loi du mariage pour tous. Une missive qui fait suite à des réunions de groupe au palais Bourbon mercredi 19 décembre  où les députés ne se sont pas sentis écoutés.

Parmi les signataires figurent quatre parlementaires de la Haute-Garonne : Gérard Bapt, Monique Iborra, Françoise Imbert et Patrick Lemasle. Une proportion importante de «contre » au niveau local. Neuf des dix députés que compte le département sont socialistes. Le mariage des couples gays fait donc plus l’unanimité que la PMA.

 

Hors programme

Les parlementaires signataires invoquent « leur liberté de conscience » et le fait que cet engagement ne figurait pas dans le programme de François Hollande. En conséquence, ces parlementaires demandent le retrait de leur signature au bas de l’amendement concerné.

Pour sa part Monique Iborra, l’une des signataires, députée de la 6e circonscription, motive ainsi son refus de signer l’amendement: «C’est sur le principe de l’égalité que nous avons décidé de légiférer sur le mariage pour tous. J’y souscris sans réserve. Mais nous rompons ce principe en autorisant la PMA pour les femmes homosexuelles ».

 

«L’amendement prévoit que seules les femmes homosexuelles mariées pourront en bénéficier

 

La députée précise : «L’amendement prévoit que seules les femmes homosexuelles mariées pourront en bénéficier. Or, en l’état de notre législation – à savoir la loi bioéthique – les indications sont exclusivement médicales et les couples hétérosexuels n’ont pas accès à la PMA». Elle poursuit: «D’autre part, les couples d’hommes n’auront pas d’autre choix que l’adoption sauf à avoir recours éventuellement à la grossesse pour autrui, ce qui est aujourd’hui interdit par la loi en France».

Pour Monique Iborra, seule une modification de la loi de bioéthique est acceptable et respecte le principe d’égalité. «Non un amendement écrit dans la précipitation.»

 

Mots-clés : bapt, deputes, iborra, mariage gay, mariage homo

1 RÉACTION

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Bravo Mme Iborra, c'est courageux; ce n'est pas dans l'air du temps. Merci de rappeler que les couples hétéros sont exclus de ce procédé et que s'il faut légiférer il faut le faire non dans un souci de "mode", de clientélisme, de communautarisme sexuel...détestables. Mais avec la plus grande rigueur pour ne pas créer une autre discrimination tout aussi cruelle.
Vous exigez du sérieux, nous aussi.

Quand vous cumulez les mandats, je... Lire la suite

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs