Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

Sanofi Toulouse : suppressions et transferts de postes sans garantie sur l’avenir

Arnaud Montebourg s'était félicité d'une réduction des prévisions de suppressions de postes chez Sanofi mais rien n'est moins sûr / Dessin Youn

L’AFP a pris connaissance d’un document transmis par la direction de Sanofi aux organisations syndicales qui détaille le plan de restructuration. Il prévoit une première vague de transferts de postes du site de Toulouse vers d’autres sites en France et son maintien n’est pas assuré. Des salariés manifestent aujourd’hui à Paris devant le siège du groupe.

Suppressions de postes et transferts avant une fermeture ?

L’Agence France Presse a révélé mardi 2 octobre avoir pris connaissance d’un document interne transmis par la direction aux organisations syndicales. Ce dernier précise que 914 postes d’ici 2015 dont 170 dans la branche recherche et développement, le site de Toulouse étant alors particulièrement exposé.

 

Le plan envisage dans un premier temps de nombreux transferts de postes de chercheurs notamment mais pas seulement de Toulouse vers les sites de Lyon (69) ou de Vitry (94), respectivement tournés par les anti-infectieux et la chimie des anti-infectieux. « Les autres activités scientifiques du site seraient maintenues jusqu’à ce que la vocation du site soit précisée ». En clair, l’avenir du site de Toulouse n’est toujours pas fixé et la direction a formalisé les annonces faites début juillet.

 

Le gouvernement, ils l’ont leurré et derrière il vont continuer à dézinguer

 

 

Hier soir, il était difficile de joindre des représentants syndicaux du site de Toulouse et de la direction à Paris. Pascal Delmas, délégué CFDT, qui a pris connaissance du document, estimait de son côté cependant que « la direction n’avait pas changé d’un iota son projet ».« La direction veut muter à Paris et à Lyon mais ne se posent pas la question de savoir si les gens suivront ou pas. Ils ne sont pas volontaires pour partir, on les pousse au départ », poursuivait-il. Selon lui le nombre de suppressions de poste sera plus important, les 914 annoncés « sont pour 2012, derrière l’hémorragie sera plus lourde ».

Le gouvernement, à travers Arnaud Montebourg, avait mis en avant la semaine dernière une réduction du nombre de suppressions de postes au regard des estimations des syndicats au début de l’été. « On voit que la position de la direction n’a pas changé malgré le gouvernement, ils l’ont leurré et derrière ils vont continuer à dézinguer ». Ces annonces progressives ne cachent pas pour Pascal Delmas la réelle volonté de Sanofi de « se désengager de Toulouse ».

 

« Quelle entreprise de capital risque va financer un spin-off ? C’est un leurre »

 

Retrait du plan de restructuration et pas négociation

Quant à la possibilité de cession ou de spin-off évoquée en juillet dernier et que le dernier communiqué de la direction pouvait laisser entendre, le délégué syndical CFDT n’y croit pas. « Quelle entreprise de capital risque va financer une telle opération ? Les collectivités locales de leur côté se battent déjà pour aider les start-up dans des pépinières qui ont du mal et elles viendraient aider Sanofi qui fait 9 milliards d’euros de bénéfices ? C’est aussi un leurre cette option ».

Ce matin, environ 300 salariés du site de Toulouse doivent manifester devant le siège de l’entreprise à Paris avec leurs collèges des autres sites en France. Les syndicats estiment à un millier le nombre de manifestants attendus. Un comité de groupe doit avoir lieu. « On ne va pas pour discuter ce document, on demande toujours le retrait du projet ».

 

Mots-clés : sanofi

7 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

La stratégie de la direction de SANOFI apparaît effectivement très claire : - on commence à délocaliser une partie des effectifs vers d'autres sites (au passage quelques postes seront probablement supprimés), - on laisse pourrir la situation en faisant semblant de chercher des solutions, - on donne un petit os à ronger à la fin en faisant semblant de rester (quelques partenariats avec l'Oncopôle ou avec l'INSERM par exemple), et puis, circulez, y a plus rien à voir

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs