Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

Stade Toulousain – Mont-de-Marsan : un match en playback

Chaque semaine Ovale Masqué passe au grill le match du Stade Toulousain / Photo CC

Vous êtes ici entre les mains d’Ovale Masqué, chroniqueur rugby qui n’écrit que sur une planche à découper. Ses détracteurs le traitent de maître ès croc. Quand il tranche, c’est parfois sanguinolent. Mais il sait aussi poser le couteau quand il le faut et même faire rire vos côtelettes.

 

Vendredi soir, alors que je préparais mon week-end loin de toute civilisation (j’avais l’intention de me rendre à Colombes pour assister à Racing – Toulon), le staff du Carré d’Info m’a annoncé en catastrophe que je devais chroniquer un match entre le Stade Toulousain et Mont-de-Marsan. Le rédacteur en chef semblait sûr de lui : d’après ses différentes sources (Wikipedia, La Dépêche du Midi, Le Détective), le Stade Montois évoluerait bien en Top 14 cette saison.

Évidement, je rechigne à l’idée d’écrire un papier sur un match sans intérêt où les Toulousains marqueront tant d’essais qu’il me sera impossible de dire du mal d’eux, même avec toute la mauvaise foi du monde. On finit par me convaincre et je me décidais donc à regarder ce match qui s’annonçait si peu passionnant que sur les sites de paris en ligne, on ne pouvait miser que sur la minute où Toulouse obtiendrait le bonus offensif

 

« Il faut respecter les Montois » : le début des ennuis

Pourtant, il suffisait de lire les interviews des joueurs toulousains tout au long de la semaine pour comprendre qu’ils allaient faire un mauvais match. En effet, tous s’obstinaient à répéter cette phrase tout droit sortie du parfait petit guide de la langue de bois rugbystique (Éditions Guy Novès, 2004) : « Il faut respecter les Montois ». En rugby, c’est la phrase qui tue, celle qui annonce la catastrophe imminente, un peu comme : «Tu sais, j’ai peur de perdre ton amitié » en matière de relation amoureuse.

C’est la phrase qu’on utilise avant d’affronter l’Italie, les Tonga ou Edimbourg, celle qui veut en fait dire : « On sait très bien qu’on peut leur marcher dessus en trottinant, mais attention, pas d’excès de confiance, on sait jamais ». C’est donc armés de leur habituel complexe de supériorité, cette fois-ci décuplé, que les Toulousains se présentent à Ernest Wallon, avec la composition d’équipe que voici.

 

Composition du Stade Toulouse contre Mont-de-Marsan samedi 25 août 2012 par Ovale Masqué / Carré d'Info

(Note : La semaine dernière j’avais choisi de mettre une image de Lance Armstrong pour illustrer la vignette consacrée à Huget. Vous avez vu le résultat. Cette semaine, j’ai donc décidé de mettre Rafael Nadal pour voir ce qu’il va se passer.)

 

Pourtant au début Toulouse joue à la toulousaine…

Les Toulousains ont donc promis de respecter l’adversaire. Et dès le coup d’envoi, c’est ce qu’ils vont faire. Après avoir encaissé les 3 premiers points de la partie, ils décident de taper en touche plutôt que d’essayer d’égaliser en tentant une pénalité bien placée. Dès lors, les Montois ont bien compris qu’on les prenait pour des cons ce qui a sans doute dû les motiver pour le restant de la partie. Bien joué les gars.

 

On aurait presque dit du jeu à la Toulousaine, à l’exception de la conclusion assez laide de Clerc, qui passe la ligne en force avec la grâce d’un talonneur géorgien.

Pourtant, le début de match du Stade est plutôt propre. Au lieu de jouer à la baballe, les Toulousains insistent dans l’axe et font parler leur puissance pour bousculer les frêles Montois, ces pauvres bougres qui ne disposent pas d’une salle de musculation bâtie par EADS. Après un ballon porté, Poux inscrit donc le premier essai du match. Un petit événement, sachant qu’un essai de ce charismatique pilier est au moins aussi rare que la comète de Halley ou qu’un plaquage de Clément Poitrenaud.

Quelques minutes plus tard, ça enchaîne de nouveau dans l’axe, on joue debout dans la défense, on passe les bras… On aurait presque dit du jeu à la Toulousaine, à l’exception de la conclusion assez laide de Clerc, qui passe la ligne en force avec la grâce d’un talonneur géorgien. Le Stade mène 14 à 6 et à ce moment-là, tout le monde s’attend sans doute à ce que ça déroule derrière.

Pas de chance, les Montois se rebellent. Sur un ballon de récupération, ils lancent une belle contre-attaque. Zane-Price et Dubié jouent à une-deux au milieu de la défense toulousaine et c’est le second cité qui va marquer en coin. Duvallet transforme et Toulouse ne mène plus que 14 à 13. Dans le même temps, McAlister sort sur blessure. Deux drames à la suite : les premiers supporters commencent à quitter Ernest Wallon.

Beauxis tente d’assassiner un juge de ligne en s’essayant à l’art de la passe sautée. Matanavou essaye de déborder sur l’aile en passant derrière les panneaux publicitaires

 

Les Toulousains jouent en playback

Les supporters qui ont eu la patience de rester vont assister à une bien pauvre prestation de leur équipe. Les Montois sont décomplexés comme des ouvriers trotskistes saccageant les bureaux d’une multinationale. Duvallet balade les Toulousains avec son jeu au pied de déplacement et ajoute une pénalité. Mont-de-Marsan passe en tête, 14-16. Les Rouge et Noir réagissent en essayant de faire ce qu’ils ne savent plus faire depuis longtemps : du n’importe quoi organisé. Beauxis tente d’assassiner un juge de ligne en s’essayant à l’art de la passe sautée. Matanavou essaye de déborder sur l’aile en passant derrière les panneaux publicitaires.

Doussain, lui, nous démontre qu’il a beaucoup appris lors de la Coupe du Monde 2011 en observant Parra et Yachvili, puisqu’il réussit l’exploit d’être plus lent que les deux réunis. Les en-avant s’enchaînent. Rabeni s’ennuie en regardant les Toulousains et décide de décapiter les joueurs adverses. Beauxis passe bien une pénalité juste avant la mi-temps, mais Duvallet en rajoute une lui aussi. Mont-de-Marsan rentre donc aux vestiaires avec deux points d’avance. Le public d’Ernest Wallon, qui voit bien que les Toulousains jouent en playback, se met à siffler et exige d’être remboursé.

 

Tweet de Jean-Baptiste Ellisalde

Pendant ce temps, sur Twitter, Jean-Baptiste Ellisalde prépare de nouvelles combinaisons offensives révolutionnaires

 

Les Montois, eux, commencent à se faire des chistéra dans leurs propres 22 mètres, ce qui doit probablement constituer l’expérience la plus humiliante dans la vie d’un joueur du Stade Toulousain

 

Au retour des vestiaires, ça ne va pas mieux. Les en-avant continuent, et même Steenkamp se fait pénaliser en mêlée. A croire que l’arbitre Monsieur Péchambert lit cette chronique (si c’est le cas je souhaiterais le féliciter pour son crâne glabre et luisant qui lui donne l’air d’être un prêtre sataniste en short). Les Montois, eux, commencent à se faire des chistéra dans leurs propres 22 mètres, ce qui doit probablement constituer l’expérience la plus humiliante dans la vie d’un joueur du Stade Toulousain (la finale de 2006 à part). Derrière tout ça, Duvallet, claque un drop de 40 mètres, comme ça, paf. Le genre de geste que Beauxis réussissait en 2006, quand on osait encore le comparer à Jonny Wilkinson.

Malgré tout, on sait que tout ça ne va pas durer. Comme la semaine dernière, comme toujours, le Stade va gagner dans les dernières minutes grâce à un ou deux essais pourris (il n’y a que contre les Ecossais que ça ne marche pas à tous les coups). Le physique et le banc vont faire la différence en fin de partie. Tastet commet un mauvais geste sur Lamboley et Monsieur Péchambert lui rappelle que cela ne se fait pas d’agresser les vieilles personnes en lui infligeant un carton jaune.

Une pénaltouche et un nouveau maul permettent à Virgile Lacombe (vous savez, celui qu’on avait envoyé au Guantanamo français, le CA Brive) de marquer l’essai en force. Picamoles en rajoute un second après une mêlée conquérante et une séance de bowling avec les défenseurs montois. Beauxis conclut sur pénalité. Le Stade l’emporte 37 à 22 et s’en sort avec le bonus offensif. Vexés par cette victoire petit bras, les Toulousains iront sans doute coller une grosse claque aux leaders Biarrots (note aux correcteurs : ceci n’est pas une coquille) la semaine prochaine. C’est la seule bonne chose qui sera sortie de ce match.

 




Les soldats de l’Empire Capitoliste

 

Doussain : La bonne nouvelle c’est qu’il s’est hissé au niveau du titulaire habituel. La mauvaise c’est que le titulaire, c’est Luke Burgess. Vivement le retour de Nicolas Vergallo, qui continue de se foutre de la gueule du monde en étant très bon avec les Pumas.

Beauxis : Le nouveau maillot blanc du Stade ne met vraiment pas son physique en valeur et nous confirme que la photo des Dieux du Stade 2010 a été photoshopée par un vrai pro. Plus inquiétant encore que la bedaine de Yoyo, la McAlister-dépendance de l’attaque toulousaine semble se confirmer.

Yannick Jauzion : Ca fait 4 ans qu’on dit que Jauzion est vieux et lent, pour se moquer de lui gentiment. Mais cette fois c’est vraiment vrai. Samedi on aurait dit que François Fillon était sur le terrain. Avec ses béquilles.

Poitrenaud : D’habitude, il amène un peu de créativité au centre, mais pas cette fois.

Matanavou & Clerc : difficile de demander à des ailiers de briller avec un trio Doussain-Beauxis-Jauzion, plus apte à animer des thés dansants que le jeu d’attaque d’un prétendant au Brennus. On notera quand même plusieurs excès d’individualisme de la part des deux joueurs, qui ont sans doute cru que les défenseurs montois étaient des plots à contourner (sûrement l’habitude de jouer contre Poitrenaud à l’entraînement).
Huget : le meilleur derrière de loin, jouer 15 lui permet de venir dans la ligne comme il aime bien le faire. Malheureusement son envie n’était pas communicative

Picamoles : Pikachu le tractopelle a traîné 3-4 Montois sur le dos à chacune de ses charges. Son association avec Edwin Maka était probablement la moins complémentaire de tous les temps et l’entrée de Sylvain Nicolas, décidément bien sous-exploité, a fait du bien.

Nyanga : Pas sa meilleure performance, pas sa pire non plus. Il a donc atteint le fameux « Niveau Dusautoir » : quand il fait juste un bon match, on ne le remarque même plus.

Maestri : Très bon, devient de plus en plus indispensable.

Boukerou : Plutôt solide, à revoir.

Tolofua : A rendu son hommage à Neil Armstrong en envoyant plusieurs lancers sur la lune. Le retour du toujours fiable Virgile Lacombe va faire du bien.

(Brad) Poux : il a eu son moment de gloire de la saison, on ne reparlera probablement plus de lui d’ici l’année prochaine.

Guillamon : Première discrète, sûrement encore un peu tendre. On attend Kakovin avec impatience, et pas seulement pour faire des jeux de mots sur son nom. Enfin souhaitons la bienvenue à Gaël Fickou qui a signé ses débuts en touchant un ballon (pour un en-avant), une performance qui n’est pas sans rappeler l’unique sélection en Bleu de Jean-Marc Doussain.

 

Les Montois : label Valeurs du rugby

Le Stade Montois, c’est une équipe labellisée Valeurs du Rugby ©, leur budget total est inférieur à la recette de la buvette du Stade Mayol un samedi soir, pourtant ils s’envoient sur le terrain et essayent même de faire du jeu. Bon en même temps c’est contre Toulouse parce qu’ils n’ont rien à perdre. Contre les autres prétendants à la descente, on pourra espérer voir des générales dans le plus bel esprit de la ProD2.

 

Conclusion

Le Stade Toulousain fait des mauvais matchs dans l’indifférence générale et tout le monde parle de la formidable armada toulonnaise. Le plan de Guy Novès est donc parfait : Toulouse sera champion de France à la fin de l’année !

 

Photo CC via Flickr by chris_3164

 

Mots-clés : ovale masqué

6 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Magique, comme d'habitude ! Attention cependant à ne pas atteindre le "niveau Dusautoir" lors des prochains compte-rendu ! ;-)

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Cher Ovale, à t'intéresser autant aux styles capillaires des joueurs et arbitres (démonstration fréquente du pourquoi du comment d'un raté), on pourrait croire que c'est Sweeney Todd le vrai méchant qui est en toi!

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Au poil !

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Bon commentaire touteois d'un point de vue purement français, même si le Stade Montois manque de moyens financiers, il n'en emploie pas pour autant des sodomites hérétiques (ou encore des joueurs de Bulgarie!!). Donc ce ne sont pas des bougres, ou bien je te convie à venir leur annoncer dans un vestiaire clos ;-) Comme si je disais que tu étais un boute en train.....

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Marcel the patriot 10 juelilt 2013 Le politicien pense a sa reelection et l homme d e9tat pense au future de sa nation ce qu ils veulent c est leur guerre civil entre FRANCAIS ARABES trop laches pour se tenir debout ilsOnt toujour gaits de cette facon ,mais ils ont perdus cette fois la Foi pour le seigneur a toucher le coeur de cette belle jeunesse car ils sont notre avenir ,ils ne pouront pas leurFai... Lire la suite

J'aime la photo de Guillamon !!

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs