Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

Toulouse – Agen : sacrifices humains pour Dieux fainéants

Chaque semaine Ovale Masqué passe au grill le match du Stade Toulousain / Photo CC

Vous êtes ici entre les mains d’Ovale Masqué, chroniqueur rugby qui n’écrit que sur une planche à découper. Ses détracteurs le traitent de maître ès croc. Quand il tranche, c’est parfois sanguinolent. Mais il sait aussi poser le couteau quand il le faut et même faire rire vos côtelettes.

 

- Respecte-moi.
– Ok.
– Plus fort.
– Comme ça ?
– Oui !
– Tu as mal ?
– Un peu, mais c’est bon.

Toulouse – Agen, Viens souiller ma terre promise, 2012, Productions Mourad Boudjellal.

 

Flashback suite : après 2005, retour en 2008

Après un retour en 2005 le temps d’une défaite à Biarritz, Guy Novès a repris le volant de la Peugeot à voyager dans le temps (sponsor oblige, pas de Delorean) pour faire une petite étape en 2008. Une époque où le Stade Toulousain savait encore gagner des matchs avec style. 2008, également appelée « l’année où on aurait dû faire le doublé, Nigel Owens putain de toi ». Les Rouge et Noir avaient pris l’habitude de bifler les petits poucets du championnat. Inutile mais jouissif. Albi en avait pris 70, Brive, Bourgoin et Dax 50. Même l’USAP avait encaissé 40 pions au Wallon. On était loin des fonctionnaires d’aujourd’hui qui se contentent de jouer les 20 dernières minutes du match, parce que « ma bonne dame, avec les doublons, la météo, Lionel Beauxis et tous ces drames du quotidien, il faut veiller à ne pas trop se fatiguer ».

Une époque où les mecs s’amusaient sur le terrain, au lieu de faire la gueule pendant 80 minutes et raconter des banalités en conférence de presse. Comme par exemple : « C’est une équipe qui nous a posé beaucoup de problèmes. Nous n’avons pas mis les ingrédients. Mais c’est un point de bonus défensif qui sera important pour la suite, on sait que le championnat est très serré, même si nous on est tellement forts qu’on le gagne une fois tous les deux ans ». Au passage, si vous savez quels sont ces fameux « ingrédients » dont tous les joueurs parlent, manifestez-vous dans les commentaires.

 

Agen outragé, Agen brisé mais Agen respecté

Face à Agen, équipe modeste « que l’on se doit de respecter », Toulouse a donc fait le job proprement. L’équipe nous a même offert quelques morceaux de jeu à la Toulousaine. Respecté, l’adversaire l’a été. Du moins si on considère que se faire écraser par un 33 tonnes lancé à 200km/h est une marque de respect.

La composition des quinze bonshommes respectueux :

 

Sacrifices humains

Les Agenais ont beau être « vaillants », « ne pas démériter » et « vendre chèrement leur peau » (le vocabulaire condescendant habituellement utilisé pour parler des équipes qui ont moins de 15 millions d’euros de budget), ils savent bien que leur saison ne se jouera pas à Ernest Wallon. Accrocher un point de bonus défensif serait déjà un gros coup de bol. Ils se présentent donc avec une équipe que l’on qualifiera de « mixte », pour ne pas dire qu’ils ont envoyé les remplaçants comme sacrifices humains au Dieux fainéants du rugby.

 

Le premier essai des Rouge et Noir est conclu par Gillian Galan, titularisé en l’honneur de la Cow Parade

 

Dès le début du match, les Agenais sont donc à la peine, soumis aux coups de boutoir des Toulousains qui attaquent sans préliminaires. Au bout de 10 minutes, le premier essai est déjà en vue après un beau mouvement au large, mais le puceau Gaël Fickou s’oublie quelques mètres avant de pénétrer la terre promise, et lâche le ballon trop tôt. Les avants prennent alors le relais et la mêlée agenaise se fait atomiser. Le premier essai des Rouge et Noir est conclu par Gillian Galan, titularisé en l’honneur de la Cow Parade et très à son avantage dans le beau maillot blanc immaculé des champions de France.

 

Le bal des morfales

Mais les Agenais ne se contentent pas d’un rôle passif et répliquent par un essai de Telefoni, talonneur mobile, qui va marquer après un très bel « air plaquage » de Vincent Clerc sur l’ailier fidjien Tagotago. Les Toulousains, plus expérimentés, reprennent le contrôle et enchaînent les temps de jeu, maîtrisant bien les variations et les changements de rythme. Finalement c’est McAlister qui prend les Agenais par surprise, avec un beau coup de pied dosé derrière le rideau défensif. Ce chacal de Vincent Clerc, affamé comme s’il venait de sortir de prison, se jette sur le ballon et aplatit.

Juste avant la mi-temps, le Big Mac nous ressort son tour favori et c’est l’autre morfale toulousain, Matanavou, qui réussit à marquer après avoir bien maîtrisé le rebond. Comme quoi quand il s’agit de marquer, il est tout de suite plus adroit. 27-8 à la mi-temps, le bonus offensif est déjà en poche. Mais pourquoi ne pas faire durer le plaisir ?

 

Picamoles signe un nouvel essai, en force, parce que parfois y aller comme un bourrin ça fait du bien.

 

Même les cancres ont le droit de s’amuser

Au retour des vestiaires, le Big Mac sort à nouveau sa baguette magique et réussit une passe après contact qui déséquilibre la défense agenaise. Après un relais de Matanavou et d’Huget, Fickou se décide à se dépuceler, comme un grand, après avoir éliminé les derniers défenseurs avec deux bons coups de rein. Picamoles signe un nouvel essai, en force, parce que parfois y aller comme un bourrin ça fait du bien.

Même les jeunes sont invités à la fête. Edwin Maka, le nouveau poète de la famille, marque le 6ème essai après un crochet intérieur. Aujourd’hui, même les cancres ont le droit de s’amuser : le plus bel essai de la partie est donc inscrit par Clerc après un beau mouvement collectif initié par Maka, bien relayé par Burgess, Beauxis (auteur d’une… chistera) et même Jauzion, qui touche deux fois le ballon au cours de l’action soit déjà deux fois de plus que durant toute la saison dernière.

Agen se débat encore et inscrit un essai par Belisario Agulla, qui profite d’une nouvelle largesse défensive de Vincent Clerc. Mais c’est finalement les Toulousains qui auront le dernier mot avec une dernière réalisation de Gary Botha, qui nous rappelle par la même occasion qu’il existe bien pour de vrai, ce dont on a douté l’année dernière. Score final, 62 à 13. Des deux équipes, une s’est réellement amusée. Après tout, l’important c’est que les spectateurs prennent leur pied.

 

Big Mac(Alister) : s’il quitte Toulouse un jour, on peut légitimement s’attendre à une série d’attentats et à un début de guerre civile dans la Ville Rose

 

 

Les soldats de l’Empire Capitoliste

Je vais vous faire un terrible aveu : j’ai déjà regardé des matchs du CA Brive. J’attendais donc avec impatience la première du boucher du Caucase Vasil Kakovin, dernière recrue piquée chez les Coujous. Et il ne m’a pas déçu en pulvérisant son adversaire en mêlée, et en nous offrant quelques belles charges puissantes.

Tolofua n’a pas été très en vue dans le jeu mais il n’a pas trop foiré ses lancers. On peut donc dire qu’il a joué à l’envers.

Johnston : Comme d’habitude.

Bon match de la paire Miloboley (Millo-Chluski – Lamboley), bien complémentaire. Nyanga : suractif comme à son habitude. Pour l’instant il fait un meilleur début de saison que Dusautoir.

Galan : ça fait du bien de revoir le bout de son slip. Moins puissant que Picamoles (Picachu) en 8, mais peut-être plus habile et technique, il a fait un bon match. Un Picachu aujourd’hui aligné au poste de flanker et qui encore une fois a fait mal aux défenses grâce à ses charges façon Panzer.

Doussain : Malgré quelques parpaings il a bien collé au ballon et dynamisé le jeu. Il faut dire qu’aujourd’hui il a eu la chance d’avoir des ballons propres, ce qui n’était pas le cas précédemment.

Big Mac(Alister) : s’il quitte Toulouse un jour, on peut légitimement s’attendre à une série d’attentats et à un début de guerre civile dans la Ville Rose. C’est lui qui débloque le match en étant à l’origine de 3 des 4 premiers essais. Il aurait été curieux de voir comment le match aurait tourné sans lui en première mi-temps.

Clerc & Matanavou : Pas très présents dans le jeu mais toujours dans les bons coups pour finir les actions. Après avoir longtemps joué avec deux 13, Toulouse essaye maintenant avec deux 12 : c’est mieux.

Fickou : Il a gardé la crête toulonnaise. C’est heureusement son seul point commun avec Matthieu Bastareaud, puisque le garçon semble avoir une belle pointe de vitesse, et surtout, chose rare pour un centre né après 1985, une belle passe des deux cotés.

Jauzion : Le papy des lignes arrière est redevenu papa. Sans être extrêmement brillant, il a bien fait le job a et assuré la continuité du jeu.

Huget : Solide, il avance sur tous les ballons et se propose dans le jeu. Il mérite par contre d’être tondu pour avoir négligé un 4 contre 1 en fin de partie. Cependant on peut le comprendre : on aurait bien été dégoûté que Clerc signe un hat trick en touchant trois ballons pendant le match.

Les rentrants

Burgess et Beauxis ont joué 15-20 minutes sans réussir à faire perdre le match à Toulouse, ce qui est un réel progrès par rapport à d’habitude.

Maka est encore un peu mal dégrossi mais excelle dans le rôle d’impact player. Les autres ont fait le job sérieusement dans un tel match, c’était tout de même difficile d’être nul.

 

Les Agenais

Vaillants, ils n’ont pas démérité et ont vendu chèrement leur peau. Il ne leur a manqué que 5 essais pour accrocher un point de bonus défensif qui leur aurait été précieux. Dommage.

 

Le bonus hardcore

Si vous trouviez que ce compte rendu parlait un peu trop de cul, on vous laisse admirer le tweet de Johnson Falefa (neveu de Census Johnston et joueur du Stade Toulousain jusqu’à l’an dernier, ndlr) , très bon camarade avec ses copains du SU Agen. Depuis, il a supprimé son compte twitter, ce qui est un peu logique sachant qu’il avait fait de même avec sa carrière depuis longtemps.

Mots-clés : ovale masqué

5 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Chronique assez drôle, cependant dire de burgess qu'il a fait perdre des matchs à toulouse, c'est manquer de perspicacité, c'est sans doute le meilleur demi de mêlé actuelle de toulouse .

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Pas d'accord Casto ... d'ailleurs c'est pour ça que je préfère Leroy Merlin

Le louchebem du rugby toulousain a encore frappé ! Divertissant, un bon moment de lecture pour qui aime le Stade...ou pas.

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Il est vraiment débile ce Falefa...il vait un bel avenir et il se ridiculise avec ces 156 kg sur la balance et son niveau de poussin. Casto, faut arrêter de suivre les matchs sur les live de l'équipe, Burgess c'est Vergallo sous tranxsène

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

@Ovale: D'accord avec toi sur Burgess. Gros poutous

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs