Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

Toulouse : les Cercles de silence, cinq ans de dénonciation sans mutisme

Pour le cinquième anniversaire, des militants de toute la France étaient venus / Photo Carré d'Info

Il y a cinq ans des frères franciscains décidaient, en protestation contre les centres de rétention des sans-papiers, de lancer les cercles de silence place du Capitole. Le mouvement a aujourd’hui gagné près de 200 villes en France et à travers l’Europe. Un « appel du 20 octobre » européen devrait voir le jour.

 

Un silence qui résonne au-delà des frontières

Pour marquer le coup il fallait bien une entorse à la règle. Alors, pour les cinq ans des cercles du silence, le rassemblement a exceptionnellement délaissé son horaire habituel du mardi et deux à trois cents personnes se sont retrouvées samedi 20 octobre. Immobiles et silencieuses elles ont partagé la place du Capitole avec des étudiants festifs mais curieux et des manifestants anti-corrida. Mgr Le Gall, archevêque de Toulouse s’est joint au cercle.

 

La poignée de frères franciscains a élargi son cercle à Toulouse depuis ses débuts et a essaimé partout en France et en Europe ce moyen de protestation. « Nous avons commencé parce que nous avons voulu être honnêtes avec nous-mêmes vis-à-vis des sans-papiers, rappelait le frère Alain Richard. Avec l’espoir que notre démarche puisse aider d’autres personnes à découvrir leurs responsabilités d’êtres humains et de citoyens à l’égard des étrangers qui arrivent pour sauver leur vie ou survivre ». Le silence résonne aujourd’hui dans 176 villes françaises et plusieurs villes européennes selon les organisateurs. Ce samedi, certains maillons du cercle place du Capitole avaient fait le déplacement depuis Séville ou encore Genève.

 

Le frère Alain Richard a remercié tous les participants au cercle du silence dont Monseigneur Le Gall, archevêque de Toulouse au second plan / Photo Carré d'Info - Kevin Figuier

.

 

Nicole Andretta, 56 ans, est aumônière dans un « Centre pour requérant d’asile » à Genève en Suisse. Elle est venue témoigner de la situation dans son pays où la législation est plus punitive qu’en France. Elle raconte notamment les conditions de reconduite, dans certains cas très dures.

 

 

« Nous avons eu 35 à 40 années tantôt de droite tantôt de gauche et c’est le même tabac »

 

 

Le nouveau gouvernement ? Aucune attente ou presque

Cinq ans de rassemblement mensuel pour dénoncer les centres de rétention et la législation envers les sans-papiers. « Ces lois nous les ressentons comme la négation de notre appartenance à l’espèce humaine. Nous ne critiquons pas le travail des policiers mais le principe d’une quasi prison pour un délai administratif », poursuit Alain Richard. A près de 90 ans, à peine courbé par le poids des luttes, il a allumé une fois de plus la lumière au centre du cercle et salué mégaphone en main tous ceux qui étaient venus l’entourer. « Tout ce qu’on doit faire c’est éveiller les consciences, être des signes », poursuivait Jean-Paul Nunez de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) Languedoc-Roussillon.

 

« J’aurais pensé qu’avec ce nouveau gouvernement il y ait des signes plus encourageants rapidement qui m’auraient permis de réduire mon travail (rires) »

 

« C’est un très long combat. Nous avons eu 35 à 40 années tantôt de droite tantôt de gauche et c’est le même tabac » Alain Richard n’attend (plus) rien ou presque des gouvernements. Tout juste aurait-il pensé qu’ « avec ce nouveau gouvernement il y ait des signes plus encourageants rapidement qui m’auraient permis de réduire [son] travail (rires) ».

« Rien que le centre de Cornebarrieu (31) c’est 1400 personnes enfermées par an, il y a 35.000 personnes retenues pour 16.000 reconduites en France ce qui implique environ 130 à 140.000 interpellations. Ces lieux font du mal, il faut les fermer », insistait Jean-Paul Nunez.

 

 

« Le but c’est de toucher le législateur en lui disant : prenez ça au sérieux ! »

 

Vers un appel européen contre les centres de rétention

A défaut de fermer les centres, la démarche mise au point à Toulouse a trouvé un écho tout particulier en Espagne. « Le silence ça parle, surtout à Séville ! », sourit Michael Michel, du cercle de silence de la capitale andalouse. Il explique les bienfaits du silence comme nouveau mode d’action qui a remplacé les actions qu’il menait avec une troupe de théâtre.

 

 

Le mouvement prenant de l’ampleur  -10.000 « silencieux » revendiqués chaque mois- il faut le rendre efficace. Le rassemblement de samedi fut ainsi l’occasion d’élaborer un « appel européen du 20 octobre ». Un texte qu’ils veulent diffuser auprès des élus et des pouvoirs publics. « Cet appel va permettre peut-être de structurer notre action. Le but c’est de toucher le législateur en lui disant : prenez ça au sérieux ! », confirme Alain Richard.

 

« Dans la non violence il faut poser des actes vrais qui aillent loin »

 

 

Gommer le caractère chrétien ?

Réunis au Vieux-Temple après avoir un temps trouvé refuge dans la cour du Collège de Foix rue Deville, les participants ont planché sur l’élaboration de ce texte commun. Amendements et contributions ont été apportés dans le consensus. Les réserves ont porté sur certaines formulations au caractère trop chrétien. « L’être humain reste un homme et une sœur en humanité ». Si la démarche est aussi spirituelle, certains ont paru soucieux de ne pas brouiller le message et garantir neutralité et laïcité au message du mouvement. Le débat sera tranché dans les semaines à venir.

Le frère Alain Richard a pris la parole dans la cour du Collège de Foix / Photo Carré d'Info - Kevin Figuier

.

 

Il fût également question d’alternative aux centres de rétentions. « C’est au gouvernement de les trouver, nous on doit continuer de se mobiliser », a tranché Jean-Paul Nunez. Les cercles de silence ne sont-ils pas aussi redondants avec le travail de la LDH ou de la Cimade qui intervient dans les centres ? Une critique que le frère Alain Richard, rejette en toute quiétude. « J’ai beaucoup de militants d’associations qui me disent venir trouver force dans les cercles de silence. Dans la non violence il faut poser des actes vrais qui aillent loin. »

 

Bertrand Enjalbal et Kevin Figuier

5 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

a Tours le cercle de silence en est à son 56ème mois La conscientisation de l'opinion reste difficile L'attitude pusillanime des Média comme des Eglise renforce l'attentisme coupable du nouveau pouvoir en place qui pourtant règne à tous les niveaux Le seul constat positif est le recul des harcellements policiers sur les familles étrangères mais la méthode de rejet par l'exclusion sociale s'amplifie il n'est plus scandaleux depuis cette... Lire la suite

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Le silence tue ! La shoah s'est fait dans le silence, les massacres et les abus en général se font dans un silence assourdissant, à Notre Dame Des Landes l'expulsion se fait aussi dans le silence médiatique, tout comme l'incarcération de Pierre Emmanuel Neuhor, alors ne nous taisons pas, agissons, dérangeons, parlons, débattons mais jamais nous ne devons nous taire. Les cercles de silence n'ont absolument rien changé, si ce n'est de faire... Lire la suite

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

ta colère et ta violence personnelles , théron, se lisent dans ton texte : si tu pouvais t'occuper toi-même de ta propre violence avant de la jeter en pâture aux autres, le monde se porterait mieux.....à mon humble avis! ni l'église ou les églises, ni le silence dont la pertinence et la force ne sont pas à démontrer, ne sont en question dans ton post : ton post ne concerne que toi......essaies de t'occuper de toi-même d'abord, et revien... Lire la suite

J'appartiens au Cercle de Silence d'Eymoutiers, Haute-Vienne. Je n'ai pu venir à Toulouse le 20 octobre, bien que j'en aie eu l'intention. Depuis plus d'un an, je joins de tout cœur mon silence au vôtre. Je crois profondément que la présence en soi contribue à élever l'humanité en conscience. C'est pourquoi je suis là tous les jours. Avec toute ma gratitude à ceux qui ont créé le Cercle de Silence et à ceux qui le pérennisent.

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs