Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

Toulouse : l’expulsion débouche sur une réquisition de logement inédite

Rue Demouilles, dans le quartier du Pont des Demoiselles, les militants du CREA ont investi l'ancien siège de l'URSSAF inncopué depuis six ans / Photo Carré d'Info

(Actualisé) Une semaine après leur expulsion, les militants du CREA ont réquisitionné des locaux de 5400m2 vides et inoccupés depuis six ans à quelques mètres à peine de leur ancien squat. Ils espèrent pouvoir l’occuper tout l’hiver.

 

>> Actualisé avec la réaction de Jean-Luc Moudenc, député UMP de la Haute-Garonne le 11 septembre 2012 à 19h24

 

 

« On est à 50 mètres à peine à vol d’oiseau (de l’ancien bâtiment occupé, ndlr). Cela montre bien qu’en terme de gestion du patrimoine il y a un problème ». Depuis le toit du bâtiment du 22 rue Demouilles dans le quartier du Pont des Demoiselles, l’ancienne résidence du CREA (Collectif pour la Réquisition l’entraide et l’autogestion) se profile à quelques pâtés de maisons cossues. Expulsés des locaux appartenant au ministère des affaires sociales allée des Demoiselles, les militants ont changé de propriétaire et investi l’ancien siège de l’URSSAF de Haute-Garonne et ses 5400m2 inoccupés depuis 2006 et mis en vente. Entrés discrètement depuis le lundi 3 septembre, ils ont officialisé leur réquisition vendredi 7 septembre. Ce week-end ils ont débuté l’installation des futurs appartements et ateliers.

 

Cuisine équipée, salle de réunion et moquettes de direction

Inhabités depuis toutes ces années, les locaux semblent pourtant en bon état. A l’entrée, le portique électrique s’ouvre au passage du visiteur. A l’intérieur, tout semble être resté figé depuis le départ des anciens locataires. Au rez-de-chaussée des militants s’affairaient dimanche après-midi à nettoyer les toilettes. A proximité, la cuisine est encore totalement équipée et en état de marche. « J’ai testé le four, il marche », glisse notre guide. Au terminus des monte-plats, la salle de restauration baignée dans le soleil de fin d’été est intacte.

 

Au sous-sol des matelas étaient déjà installés vendredi 7 septembre / Photo Carré d'Info

 

Dans les étages, les bureaux vides se succèdent, le nom de leurs derniers occupants parfois encore inscrits sur les portes. Plus aucun mobilier n’est présent mais l’électricité est là et bientôt l’eau chaude. Puis, le lino laisse place aux moquettes et parquets, tandis que les sonnettes en état de marche et doubles portes signalent définitivement l’ancienne présence de la direction. Comme un clin d’œil du destin, encore fixé au mur un tableau d’affichage en présente l’organigramme où figure le nom du père d’un des militants. Au bout du couloir, la salle de réunion se dresse avec sa grande table ovale à peine poussiéreuse qui n’a pas bougé. Tout juste les tentures se sont elles décollées mais les AG ont leur enceinte toute trouvée.

 

« C’est une nouvelle expérience commune, on devrait être aux alentours d’une centaine de personnes. Les récentes expulsions nous ont ressoudés en fait »

 

Un lieu commun à différents collectifs, une première

Le lieu, s’il venait à perdurer, s’annonce comme une nouveauté. Par sa taille, il devrait permettre de regrouper différents collectifs dispersés jusque là dans différents lieux. « Il y aura les gens du CREA, du Sloli, le GPS devrait ouvrir une antenne pour les femmes isolées dirigées par la Veille Sociale, des étudiants et des gens actuellement au 66 avenue d’Italie », explique Thomas.

« C’est une nouvelle expérience commune, on devrait être aux alentours d’une centaine de personnes. Les récentes expulsions nous ont ressoudés en fait », poursuit Mathieu. Le Centre Social Autogéré devrait ainsi reprendre ses activités notamment celles de soutien scolaire et d’alphabétisation. « Avec une trentaine d’enfants, trouver ce lieu la semaine de la rentrée ça tombe bien », se réjouissait Thomas vendredi alors que la police venait constater l’occupation.

 

« Un huissier est passé vendredi ce qui ressemble à un début de procédure légale. On espère pouvoir y rester plusieurs mois et passer l’hiver »

 

Objectif : une procédure légale pour gagner du temps

Ils étaient encore peu nombreux ce week-end dans leurs nouveaux quartiers craignant une possible expulsion. « Vendredi, la direction régionale de l’URSSAF nous a dit qu’elle souhaitait relancer la vente du bâtiment dans la semaine et vendre d’ici la fin de l’année. Dans ce cas, si un permis de construire est déposé, on leur a proposé de s’entendre sur un départ de notre part un mois après », raconte un militant présent aux négociations.

« Cet épisode montre que les évacuations ne suffisent pas et qu’il faut des sanctions et mesures de suivi adaptées »

 

 

Moudenc : « il faut des sanctions »

L’objectif pour les occupants est qu’une procédure judiciaire légale soit enclenchée. Le processus s’étalant sur plusieurs mois, il empêche une évacuation rapide de la police. « Un huissier est passé vendredi ce qui ressemble à un début de procédure légale. On espère pouvoir y rester plusieurs mois et passer l’hiver », poursuit-il.

Les militants rencontrés ce week-end assurent par ailleurs que le voisinage a dans l’ensemble bien accueilli la nouvelle. « On a été agréablement surpris, explique l’un deux. Certains viennent nous voir, nous soutiennent et nous donnent des choses ». Lundi matin, l’installation devrait s’accélérer si les autorités ou le propriétaire ne venaient pas à se manifester.

Mardi, Jean-Luc Moudenc le député UMP de la 3e circonscription de Haute-Garonne (sur laquelle se situe le quartier du Busca), a affirmé dans un communiqué avoir reçu « le légitime mécontentement des riverains face à ce comportement inacceptable et, faut-il le rappeler, illicite ». Il indique par ailleurs avoir écrit au préfet auquel il fait part de sa crainte « de la venue d’un grand nombre de personnes si une action n’est pas entreprise rapidement ». Plus direct encore il affirme dans son communiqué que « cet épisode montre que les évacuations ne suffisent pas et qu’il faut des sanctions et mesures de suivi adaptées ».

 

Mots-clés : CREA

10 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Article cité : Economie | Pearltrees

Magnifique somptueux bravo à tous ! A Marseille on serait content de voir les milliers de m2 vacants de la Canebière traités ainsi. Merci à tous Phil

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

salue à votre courage 1 mal log qi refuz depuis N/ans de payer des loyers !! hébrg q'en chie dans 1 copropriét d'enqlées-és (pardon sodomisées-és)

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Une question en terme de propriété : à qui appartient cet endroit sinon à ceux qui l'on payé et construit, c'est à dire les occupants actuels (sous entendu les gens du peuple, ceux qui produisent du "vrai travail" qui fait du "vrai argent" qui rend ce genre de construction possible)...! Et non pas, à mon sens, à ceux qui l'on occupé avant, qui sont des "vrais" kleptocrates.
Sinon, s'ils avaient ne serait-ce qu'un seul jour poussé des ... Lire la suite

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Qu'il est sympa ce Moudenc... J'imagine qu'il serait super content d'être à la rue pour voir un peu comment ça fait !

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs