Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

UMP : « Non, la fédé de Haute-Garonne n’est pas très à droite »

Trois motions se sont dégagées en Haute-Garonne - Capture d'écran

L’élection du président du parti a éclipsé un autre choix que les militants de l’UMP étaient appelés à exprimer dimanche 18 novembre : les motions. En Haute-Garonne, la motion « La Droite Forte » sarkozyste et prônant une « droite décomplexée » arrive en tête dans le sillage d’un Jean-François Copé à 62%. Mais pour certains membres de la direction « non, la fédération n’est pas très à droite ».

 

« On sait que la fédération est plutôt Copéiste »

D’abord, il y a ce constat qui semble partagé : le vote des motions est passé au second plan. Trois votes le même jour ce n’était pas forcément une bonne idée. Car dimanche 18 novembre les militants de l’UMP ont dû voter trois fois.

 

Lire aussi : Eric Ciotti dénonce « trois problèmes majeurs » à Toulouse

 

Pour choisir leur président entre Jean-François Copé et François Fillon, une motion et valider la charte des valeurs. Concernant les chefs, l’actuel président devance largement l’ancien Premier ministre. « Ce n’est pas une surprise, on sait que la fédération est plutôt Copéiste », estime Sacha Briand, conseiller régional.

 

Lire aussi : « Copé, large vainqueur en Haute-Garonne »

 

Pourtant l’instauration de motions était inédite dans le parti dont seules celles atteignant les 10% constitueront des mouvements et pourront bénéficier de moyens financiers. Pourtant, au regard des résultats dans le département où la motion « La Droite Forte » arrive en tête, personne ne voulait tirer de bilan définitif si ce n’est celui que « non, la fédération n’est pas très à droite ». Pour rappel, les résultats du vote sur les motions en Haute-Garonne :

 

 

Com’ et électeurs perdus

Pour certains cadres, ces résultats ne sont le reflet que de l’exposition des campagnes des motions. Pour Sacha Briand, signataire de la motion de la Droite Sociale (Laurent Wauquiez) et soutien de François Fillon, « ‘La Droite Forte’ a fait un très bon score grâce à une campagne très médiatique ». Pour Laurence Aribagé, secrétaire départementale et signataire de la motion « France moderne et humaniste » (Jean-Pierre Raffarin, Jean-Luc Moudenc), la motion de tête a « fait une grosse campagne et une grosse com’ ».

 

 « les gens étaient un peu perdus, certains me demandaient pour quelle motion il fallait voter« 

 

« A part la venue de Laurent Wauquiez, je n’ai été contactée que par Geoffroy Didier (« La Droite Forte ») qui est venu rencontrer les Jeunes Populaires le lendemain de la venue de François Fillon », poursuit-elleAvant d’ajouter que durant le vote « les gens étaient un peu perdus, certains me demandaient pour quelle motion il fallait voter ». Bref, certains se sont faits entendre plus que d’autres ce qui explique leurs résultats.

 

Que dit la photo alors ?

Ainsi pour Sacha Briand, « ce n’est qu’une photo à un moment ». Et c’est peut-être justement son rôle. En additionnant schématiquement les scores en Haute-Garonne des motions « modérées » (« La France moderne et humaniste », « La Droite Sociale » et « Le Gaullisme » voire « La Boîte à idées » qui s’est positionnée en contre-pied des positions très à droite de « La Droite forte »), on obtient selon les chiffres de l’UMP 31 une majorité avec 54,06% des suffrages exprimés. La fédération qui a pourtant largement placé en tête Jean-François Copé pour la présidence ne serait donc pas si « droitière » ?

 

  »Catégoriser les motions est encore improbable aujourd’hui. Dans 10 ans peut-être, nous n’avons pas la tradition de mouvement du PS » Sacha Briand

 

« Je ne sais pas si on peut faire ce raccourci », estime Laurence Arribagé. Dans le même temps, elle se dit « surprise » par le score de la motion arrivée en tête et « pas persuadée que ce vote soit une véritable adhésion aux idées de la ‘Droite Forte’ », estime Laurence Arribagé. Pour Sacha Briand, consolider les résultats de ces motions « certes plus modérées » est « simpliste ». « La catégorisation des motions est encore improbable aujourd’hui, assure-t-il. Dans 10 ans peut-être ! Nous n’avons pas la tradition de mouvements du PS »

 

Motion et président : rien à voir?

Pas d’autre conclusion si ce n’est que le choix du candidat à la présidence n’a pas nécessairement guidé celui de la motion ou inversement. C’est celle en tout cas en creux de Pierre Esplugas, porte-parole de l’UMP 31, qui assure avoir voté Copé « parce qu’il était en adéquation avec le poste ». Par contre, en cas de primaires pour désigner le candidat de l’UMP pour la présidentielle de 2017, « je voterais Fillon ». A l’avenir, les cadres estiment qu’il faut « découpler les votes sur la présidence et celui sur les motions » et pour Laurence Arribagé, effectuer ce dernier « par voie électronique ».

 

 

Mots-clés : UMP

3 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs