Carré d'info

Site d'information et d'actualité à Toulouse

Marche blanche : « Il y a un an c’était très dur cette psychose »

Marche silencieuse à Toulouse pour rendre hommage aux victimes de Mohamed Merah - Photo Carré d'Info, Kevin Figuier

Un an après les assassinats perpétrés en mars 2012 par le « tueur au scooter », Toulouse s’est recueillie dimanche au cours d’une marche et d’un rassemblement républicain, présidés par François Hollande. Ce dernier a tenu un discours empreint de compassion mais également de fermeté face aux divisions et au fanatisme.

 

Rangs serrés

Sur le parvis de la cathédrale Saint-Étienne, ils sont environ 1500 rassemblés pour participer à une marche blanche en hommage aux victimes tombées en mars 2012 lors des meurtres de Toulouse et Montauban. Emmenée par les premiers rangs composés des familles des victimes et des principales personnalités politiques locales, la foule prend la direction du square Charles-de-Gaulle, jouxtant l’arrière du Capitole. « Je suis liée à cette histoire en tant que citoyenne, toulousaine et mère de famille », confie Christine dans le cortège. Elle se souvient : « Il y a un an, c’était très dur, toute cette psychose et l’horreur de la tuerie d’Ozar Hatorah. »

 

Latifa Ibn Ziaten durant la marche silencieuse - Photo Carré d'Info, Kevin Figuier

Latifa Ibn Ziaten durant la marche silencieuse – Photo Carré d’Info, Kevin Figuier

 

Comme elle, ils sont nombreux à expliquer leur présence « par solidarité » et « la défense du vivre ensemble. » Un message repris par les représentants des communautés religieuses présents également en nombre. « On peut être français, républicain, musulman, juifs, corse ou aveyronnais, ce qui nous rassemble, c’est la République qui doit être une et indivisible », déclare ainsi Nicole Yardeni, présidente du Conseil Représentatif de la communauté juive de France en Midi-Pyrénées.

 

« Merah n’a jamais été musulman »

Ce message d’unité est également celui choisi par les musulmans qui se sont joints à la marche pour « affirmer leur implication », explique ainsi Saïd Maddaha, l’imam de la mosquée de Château Tabard à Toulouse. A ses côtés, Mohamed Zard, fidèle de la même mosquée : « Merah n’a jamais été musulman. Il ne représente que le parfait terroriste, pas le parfait musulman. » Car si Mohamed Merah a perpétré l’horreur il y un an, les conséquences de ses actes ont encore des répercussions sur le quotidien des musulmans regrette Mr Zard : « On est lié à la société, on fait partie de la France. Ce qu’il s’est passé est une honte pour nous et pourtant, on continue de souffrir d’amalgame. Il y en a assez…»

 

Le grand rabbin de France, Gilles Bernheim - Photo Carré d'Info, Kevin Figuier

Le grand rabbin de France, Gilles Bernheim – Photo Carré d’Info, Kevin Figuier

 

Arrivant de Drancy, le médiatique imam Hassen Chalghoumi analyse : « Malheureusement le racisme ne cesse de monter et parallèlement, nos jeunes vont au Mali avec l’ennemi pour nous combattre, nous, la France. Aucun foyer n’est à l’abri d’un nouveau Merah.» Un cycle infernal qu’imams et rabbins ont voulu dénoncer à l’instar de Gilles Bernheim, Grand rabbin de France : « Dans leur immense majorité, les communautés juives et musulmanes vivent en harmonie. Il faut tout faire pour éviter les divisions. »

 

« Tous des enfants de la République »

Cet enjeu a été repris à la tribune où ont pris place François Hollande et Pierre Cohen qui a introduit son discours en égrenant le nom des sept victimes. « Ils étaient tous des enfants de la République », a ainsi déclaré le maire de Toulouse avant de rendre hommage à tous les habitants. « Que vous soyez de Saint-Cyprien, des Minimes, du Mirail ou de n’importe quel autre quartier de Toulouse, vous êtes attachés au vivre ensemble. Je sais pouvoir compter sur vous pour rappeler, partout et toujours, que ce qui nous réunit est plus important que ce qui nous sépare », a conclu Pierre Cohen.

 

Discours de Pierre Cohen, maire de Toulouse, aux côté du président François Hollande - Photo Carré d'Info, Kevin Figuier

Discours de Pierre Cohen, maire de Toulouse, aux côté du président François Hollande – Photo Carré d’Info, Kevin Figuier

 

Des divisions que n’a pas hésité à nommer François Hollande : « Le nom mérite d’être prononcé : c’est l’antisémitisme. Oui, les enfants de Toulouse sont morts pour la même raison que ceux du Vel d’Hiv et de Drancy : parce qu’ils étaient juifs. » Le président de la République a salué d’autre part la mémoire des militaires tués et affirmé sa détermination afin que « les soldats victimes du terrorisme puissent être reconnus comme ‘Mort pour le service de la Nation’ »

 

Discours de François Hollande en hommages aux victimes de Merah - Photo Carré d'Info, Kevin Figuier

Discours de François Hollande en hommages aux victimes de Merah – Photo Carré d’Info, Kevin Figuier

 

Après des mots de compassion, François Hollande a tenu à afficher la fermeté de l’Etat : « La lutte contre le terrorisme ne suppose aucun relâchement aucune faiblesse, aucune négligence », assurant d’une main que toutes les réponses concernant l’affaire Merah seront données et de l’autre, sa pleine confiance dans les services de renseignement, actuellement en pleine réorganisation. « Cette lutte, nous la menons conformément à des valeurs. Et au premier rang desquelles la laïcité. En aucun cas, nos compatriotes musulmans ne doivent être confondus avec ceux qui caricaturent l’islam. »

Unité et détermination ont ainsi été les deux mots d’ordre de cette cérémonie qui s’est conclue par la plantation d’un magnolia, symbole de force et de dignité.

 

Lire aussi >> La chronologie de l’affaire Merah

 

Mots-clés : merah, Mohamed Merah

2 RÉACTIONS

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Exprimez-vous !

* Champs à renseigner obligatoirement

Quelle bourde! Des enfants charmants certes issus du conseil municipal des enfants mais aucune diversité, white only...Dommage, une vraie faute de goût...

RépondreWrong usage of print_flagging_link(). Signaler un abus

Blogs

Derniers Posts
Liste des Blogs